Le Tour 2016 a démarré le weekend dernier son périple de trois semaines à vélo à travers la France. Tous les coureurs ne pourront pas franchir la ligne d’arrivée à Paris, et de nombreux accidents sont à prévoir. Voici quelques-unes des chutes les plus terrifiantes de la plus grande course cycliste au monde.

1. Chute à quatre pattes

On dit que mieux vaut ne jamais travailler avec des enfants ou des animaux, et l’adage s’est vérifié pour le Français Sandy Casar. Il a dû faire une embardée afin d’éviter un chien errant lors de la 18e étape du Tour 2007, et s’est retrouvé sur l’asphalte. Fort heureusement le cabot n’eut rien, et Casar, contusionné et ensanglanté, réussit à remonter en selle et gagner l’étape.

2. Photobomb

L’arrivée la plus célèbre du Tour, située dans la station de ski de l’Alpe d’Huez, attire une foule d’admirateurs qui se bousculent pour apercevoir leurs héros. Mais un fan est allé un peu trop loin en tentant d’obtenir la photo parfaite lors du Tour de 1999, en se mettant au milieu de la route et se faisant, éjectant l’Italien Giuseppe Guerini hors du parcours. Guerini est remonté sur son vélo, et a même pu gagner l’étape.

3. Épreuve sous la pluie

Lors du Tour de 2003, l’Allemand Jan Ullrich et l’Américain Lance Armstrong se sont âprement battus afin de remporter le maillot jaune. Ullrich était à moins d’une minute derrière son adversaire lorsqu’il a perdu le contrôle sur le dernier sprint et a dérapé sur le parcours mouillé. Il perdit le Tour de seulement 71 secondes, bien qu’Armstrong fut par la suite démis de son titre pour déshonneur.

4. Une pile de pédaliers

Un peloton serré roulant à vive allure est un accident en devenir, et cet amas monstrueux de 35 vélos en Belgique durant le Tour de 2015 fut un accident impressionnant. Parmi les blessés se trouvait le coureur suisse et meneur de la course Fabian Cancellara, qui est passé par-dessus son guidon et sortit du Tour avec des vertèbres fracturées.

5. Une fin sanglante

Sortir du Tour est déjà une dure épreuve, mais en sortir après seulement six heures est encore pire, comme un groupe de sprinters a pu le découvrir à la fin de la première étape du Tour en 1994. Un policier tentant de prendre une photo souvenir se mis en travers de la route d’un groupe de cyclistes roulant à plus de 70 km/h. Ce fut un massacre et plusieurs coureurs furent envoyés à l’hôpital, dont le héros local Laurent Jalabert.

6. Danger en descente

Les descentes à grande vitesse sont déjà impressionnantes à regarder, imaginez donc ce que ressentit le coureur espagnol Joseba Beloki lorsqu’il perdit le contrôle sur l’asphalte brûlant et sous une chaleur torride. Beloki souffrit de multiples fractures, mais cette chute est surtout célèbre pour l’embardée de Lance Armstrong contournant Beloki et roulant à travers un champ pour rejoindre la course.